J 45 - 47

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Mercredi 19 octobre :

Dans le camping, nous avons fait la connaissance d’une jeune fille, Louise, 26 ans de Brive. Elle est en train de faire à pied, la descente de la NZ. Malheureusement, la journée précédente, elle s’est perdu dans la forêt, après une nuit à se geler, c’est en hélico qu’elle s’en est sortie. Merci les portables et merci la police de NZ.

Notre trajet d’aujourd’hui pourrait être le rêve de tout cycliste. Des paysages magnifiques, des rivières, des gorges, très très peu de circulation, de belles bosses pour chauffer les jambes… Avec notre chargement ce fut un peu dur de gravir les 1250 m mais on s’est vraiment régalés.

Evidemment après 80 km, nous étions encore plus heureux de voir un « camping familial », tout à fait imprévu, sur notre route. On avait déjà récupéré de l’eau dans un ruisseau et l’on cherchait un coin pas trop humide pour planter notre tente. En vérité ce camping offre une vue magnifique sur les montagnes environnantes, on peut même voir le sommet de Tongariro ! C’est certainement l’emplacement le plus sympa que nous ayons eu jusqu’à ce jour.

Demain nous devrions rouler avec en point de mire le sommet du Taranaki, encore un volcan exceptionnel. Nous avons dans l’idée de le gravir, si les conditions le permettent.

J 45 - 47J 45 - 47J 45 - 47
J 45 - 47J 45 - 47
J 45 - 47J 45 - 47

Jeudi 20 octobre :

La route vers l’ouest se poursuit dans les même conditions, on comprend pourquoi on dit qu’en NZ il y a plus de vaches et de moutons que d’habitants.

Nous avons bouclé les 150 km sans voir un seul vrai village, aucun commerce, très peu de fermes.

Comme prévu nous avons aperçu le Tanaraki, en fait seulement ses pieds car il avait la tête dans les nuages.

Nous sommes donc à Stratford, une ville étape sympathique au pied d’un des plus haut volcan de NZ.

Renseignements pris auprès de l’office de tourisme, il sera difficile de lui voir la tête en ce moment, la météo étant toujours aussi capricieuse. Faire une marche vers le sommet n’est pas plus possible, en cause la neige et de la glace. Malgré tout nous avons prévu de gravir les pentes avec nos vélos,  des routes montent vers les stations de ski. Si le ciel nous est favorable ce devrait être super, dans le cas contraire nous n’aurons rien à regretter.

J 45 - 47J 45 - 47
J 45 - 47J 45 - 47
J 45 - 47J 45 - 47J 45 - 47

Vendredi 21 octobre :

La question ne s’est même pas posée, vent est déluge de pluie à notre réveil. Heureusement nous avions choisi une fois de plus l’option cabine, et nous étions évidemment très contents de notre choix.

La journée se passera donc à l’abri, bien au chaud, une vrai journée de récupération en quelque sorte, et ce n’est pas plus mal. Avec, tout de même, une escapade dans le parc voisin du camping.

Il aura plu toute la journée sans discontinuer, comme disait le neveu de Montricoux, Arnaud, quand il chantait : « putain de journée » !

J 45 - 47J 45 - 47

Commenter cet article

Raymonde 04/11/2016 21:53

Coucou, me revoilà !!
J'ai arrêté de consulter ce blog car en rando avec Martine et ton frère Michel mais aussi Lilou (copine de Martine). Nous avons vu beaucoup de paysages Alpins avec un soleil splendide... Nous pensions à vous qui découvrez chaque jour de magnifiques paysages différents... Bises de nous tous à vous deux

Carine 21/10/2016 14:04

Bonjour,
C'est toujours avec un réel plaisir que je fais lecture de vos récits. Les photos sont plus belles les unes que les autres. Quel chance ce que vous vivez, ça donne vraiment envie.
Claudine tu as le bonjour des petites nageuses de d'jouboum. Dès le premier cours, Catherine nous a demandé d'arrêter d'avoir le nez dans le guidon, je lui ai répondu qu'on laissait à Claudine !
Ici les vacances de la Toussaint ont commencé. Nous profitons de ces quelques jours de repos.
Bise à vous deux et continuez à nous faire voyager.
Carine, Arthur, Manon et Noélie