Bilan sur 4 mois

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Bilan d’un peu plus de 4 mois (126 jours) à vélo en Nouvelle Zélande.

6100 km, (à part égale sur les deux îles), 60 000 m de dénivelé positif. Aucun problème de santé (mis à part un problème de dos pour Marcel), apparemment aucun kg perdu.

Pour donner le ton de notre commentaire, nous dirions : « ils vendent bien leur pays ». La philosophie du pays pourrait se résumer par : « business is business ».Nous sommes venus, nous avons aimé beaucoup de choses, mais nous n’y reviendrons surement pas.

De façon générale le pays offrent de belles choses, par contre on peut dire que la France, pour ne parler que d’elle, offre beaucoup mieux. On ne crache pas dans la soupe, loin de là mais……

Question organisation du voyage, pas de place pour l’aventure et le camping sauvage que nous aimons tant. Toute la Nouvelle Zélande est clôturée ,  pour éviter au animaux (moutons, vaches, cerfs, biches..) de s’échapper. Pas question non plus de dormir sur une plage ou au bord d’un cours d’eau, les Rangers veillent, on doit se déplacer de camping en camping, certes très nombreux mais très chers. Les campings du gouvernement offre tout de même une alternative intéressante. Bons marché et souvent placés dans des coins assez sauvages. Quant aux hôtels, on oubli, hors de prix.

D’une façon générale les interdictions sont un peu trop présentent, même faire pipi au bord de la route est prohibé sous peine de se faire klaxonner sans retenue. A la longue, passer pour un hors la lois  quand on se soulage la vessie fatigue les sphincters !

Question déplacement à vélo, la circulation automobile présente pratiquement sur toutes les routes, est un problème pour les deux roues. Evidemment la NZ possède peu d’habitants, par contre il y a plus de touristes que d’habitants, et bout du compte cela fait beaucoup de monde sur les routes. Là aussi il existe des pistes cyclables, en général très belles, mais parfois, peu pratiques avec des vélos chargés, et elles allongent les distances entre deux points.

Question gastronomie, nous sommes très déçu. Fast Food à gogo, et cuisine chinoise. Les vrais restaurants sont hors de prix, de plus on ne comprenait même pas la carte. Les supers marchés sont super bien achalandés, mais bon, on tourne vite en rond. Purée, pates, riz, semoule… et on recommence. Pour la boisson, évidemment le vin local tout comme celui d’Australie est super, par contre le budget consacré à ces breuvages reste assez conséquent.

Question météo, il ne faut pas être frileux pour venir ici, ni craindre la pluie. Avons-nous eu un année particulièrement mauvaise, on ne le pense pas, c’est la NZ.

Question de l’accueil des Néozélandais. Pour notre part, nous n’avons rien à dire de particulier, nous avons toujours était toujours satisfait de l’accueil, de l’aide fourni par les habitants et nous avons souvent apprécié leur gentillesse. Tous les touristes ne disent pas la même chose.

Pour un pays qui se veut à la pointe du progrès, les connexions internet était la plupart de temps très lentes voire inexistantes. Même dans les campings au tarif élevé il fallait rajouter entre 2 et 5 dollars pour avoir une connexion souvent poussive.

Question budget nous aurons dépensé aux alentours de 10 000 euros en un peu plus de 4 mois (sans les billets d’avion). Cela nous paraissait important, car si la météo avait été plus clémente nous aurions moins dépensé en hébergement (les cabines coutent le double que l’emplacement d’une tente), mais en discutant avec d’autres touristes, nous nous sommes rendu compte que nous avions été très économes. Quand on pense à tout l’argent que dépensent les touristes en peu de temps, (un beau camping car peut se louer près de 10 000 euros au mois, et on en a vu un nombre incalculable) on peut facilement imaginer la vie de château qu’il auraient eu s’ils étaient venus en France.

Commenter cet article