J 126 - 128

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Dimanche 8 janvier :

On peut dire que nos avions garder le plus dur pour la fin. Passer le « Arthur's pass », au beau milieu des Alpes du sud, fut une sacrée épreuve. Même Claudine à mis le pied à terre, et pendant un bon bout de chemin ! Le pente à 16/18 % ne fait pas de cadeau aux cyclistes. Il faut avouer, une fois n’est pas coutume, que nous avions un bon vent dans le dos, et un ciel presque bleu, sous la pluie cela aurait été une fois de plus galère de chez galère.

Les automobiliste profitent de la pente pour tester la puissance de leurs bolides, et se tirent la bourre comme des abrutis. Pourtant le décor était de toute beauté, ils auraient pu lever la tête pour admirer le panorama, même pas. Et je ne parle des motos.

Inutile de vous dire qu’aujourd’hui, nous n’avons pas vu un seul vélo. Ils préfèrent mettre les vélos dans le train transalpin. On les a vu les traitres à Greymouth, soit disant le spectacle est plus beau vu du train ? Faux, car la route suit la voix ferrée pendant très longtemps. Seule différence il lui faut 4 heures pour rallier Christchurch et nous 4 jours, au moins, on a tout le temps d’admirer les montagnes. A l’arrière des voitures également on en voit beaucoup de vélos, généralement superbes, ils doivent servir pour aller chercher le pain et les croissants, le matin, à l’accueil des campings.

Après le col le vent s’est encore renforcé, toujours de dos. Pendant toute la descente effectuée à une allure inavouable je me suis félicité d’avoir changer nos deux roues arrières à Westport. Jamais elles n’auraient tenu, et nous aurions fini sans doute dans le décor.

Ce soir nous campons au bord d’un lac Pearson, gratuit (c’est la première fois), mais sans eau. Claudine a du reprendre son vélo contre le vent pour aller remplir nos poches à eau dans un torrent vu avant le lac, quel dévouement, aussi, ce soir, bonjour les crampes.

J 126 - 128J 126 - 128
J 126 - 128J 126 - 128
J 126 - 128J 126 - 128J 126 - 128
J 126 - 128J 126 - 128J 126 - 128
J 126 - 128
J 126 - 128J 126 - 128
J 126 - 128J 126 - 128J 126 - 128
J 126 - 128J 126 - 128J 126 - 128

Lundi 9 janvier :

Le vent de folie d’hier soir s’est calmé et nous reprenons la route tranquillement, les jambes un peu douloureuses. Nous apprenons par des automobiliste qu’un feu de forêt s’est déclaré hier après midi au niveau du col que nous avons passé hier matin et que la route vers Greymouth est fermée.

On avait bien remarqué que la circulation était très réduite, ce fut « que du bonheur » pendant 2 heures. Vers 11 h les fauves furent à nouveau lâchés, et là, il vallait mieux rentrer les coudes.

Nous avons eu beaucoup de chance avec la météo aujourd’hui encore. Par contre, dès le dernier col passé à près de 1000 m, brume et vent de face glacial nous ont surpris et cela en une centaine de mètres. On a du ressortir sans tarder pantalon et coupe vent.

Nous sommes ce soir dans la petite ville de Sheffield. Son camping, accolé à un hôtel, nous accueille, nous sommes seul, cela faisait bien longtemps. Le décor n’est pas terrible, mais qu’est ce que la bière est bonne.

Demain se termine notre périple à vélo. Nous avons encore 8 jours avant de prendre l’avion pour le Cambodge, mais nous avons loué une voiture pour cette période. Si les préparatifs du départ nous laissent du temps on aimerait monter à Kékoura que nous avions Squeezé cause tremblement de terre.

J 126 - 128
J 126 - 128
J 126 - 128J 126 - 128J 126 - 128
J 126 - 128J 126 - 128J 126 - 128
J 126 - 128J 126 - 128J 126 - 128
Avec le soleil c'est le pied !Avec le soleil c'est le pied !

Avec le soleil c'est le pied !

Mardi 10  décembre :

Nous voilà à nouveau à Christchurch, au camping, à 3 km de l’aéroport.

La dernière étape fut parfaite, tout en descente. A midi nous avions bouclé les 55 km, installé la tente et étions prêt pour un bon hamburger chez « King Burger ».

L’après midi fut consacrée à trouver un bon magasin de vélo et trouver des pièces pour les vélos, changer chaine et cassette est à nouveau nécessaire. Trouver des cartons pour emballer les vélos pour l’avion serait un plus. Mission accompli sans trop de difficulté.

Ensuite nous devions récupérer la voiture. Malheureusement la Nissan Tilda que nous avions commandée n’avait que 4 portes, ne faisait pas break, et aucune autre voiture n’était disponible.

Dur dur de rentrer 2 vélos dans l’auto. On charge donc le mien et Cloclo rentre au camping en pédalant. Charger les cartons de vélo et les bagages sera évidemment impossible. Il nous faudra trouver une solution pour emmener le tout à l’aéroport. Nous avons une semaine pour y réfléchir.

Demain nous filons sur la péninsule de Christchurch, les vélos restent au camping, vive la marche .

Commenter cet article

Laura 12/01/2017 12:00

So..... Well done !!!!
Profitez bien des derniers jours pour vous reposer et visiter en mode 'feignasses' :-D

Marcel 14/01/2017 09:43

Du farniente, que nenni… il est clair que tu n’as pas eu le temps de bien connaitre Claudine

urruty 10/01/2017 18:20

Bonne année et bravo pour le périple
Profitez ... un peu, jambes et cuisses au repos!!!
les lotois de Martinique