J 166 - 168

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Vendredi 17 février :

Le buffet ouvrait à 6 h. A 6 h 15 nous étions les premiers à nous installer. Quel festin ! Enfin on sort de table le ventre plein.

Nous levons le camp très vite et nous voilà en pleine circulation, avec les pauvres bougres qui vont bosser. Si l’enfer pour les cycliste existe, ne le chercher plus, nous l’avons trouvé, la sortie Est de Paksé.

Imaginer une route pas très large, qui monte, où même 2 Kia Picantos doivent se croiser avec précaution, empruntée par d’innombrables voitures et surtout par de monstrueux camions. Des chargés et des vides. Evidemment les vides veulent doubler les pleins à grand renfort de klaxon. Et nous dans tout ça ? On serre les fesses et l’on prie pour qu’un de ces camions n’est pas un objet genre ridelle qui dépasse de notre côté, car vu la distance entre ses roues et nous on serait sans l’ombre d’un doute, découpés en deux ou, dans le meilleur des cas trépanés. De plus, le bas côté est en reconstruction et se trouve à 2 m en dessous de la chaussée, donc aucune marge de manœuvre pour s’écarter si un camion nous serre d’un peu trop près. Sans exagérer ce fut 20 km de purgatoire, et pourtant nous n’avions fait aucun pêcher.

Après une intersection, la circulation s’est un peu calmée, c’est toujours le même scénario, à l’approche des villes, les conducteurs sont complètement tarés.

Il y a longtemps que nous n’avions pas fait autant de dénivelé. 1200 m en 50 km. La route montait faiblement entre 2 et 6 %,mais de façon continue, pas moyen de lever le pied pour souffler un peu.

A midi on se fait un bon arrêt récupération tout près une superbe cascade. Nous sommes déjà bien montés, l’air à l’ombre des arbres serait presque frais !

On est dans la région du café, des jacks et des pastèques. L’odeur de café torréfié qui vous vient de certaine cases nous booste telle une boisson énergétique.

Notre ville étape, ce soir, Paksong. On se trouve une guesthouse bien loin de la route, pratiquement en plein campagne. Qu’est ce que ça fait du bien un peu calme. Et je rajouterais au frais, plus de 1000 m d’altitude, ce soir c’est couette conseillée.

J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168

Samedi 18 février :

Température de 13 ° au départ. Obligé de doubler les couches même si l’on a du tout faire sauter très vite.

L’option vélo de « Maps ME » nos avez indiqué une piste pour rejoindre l’étape suivante qui vous faisait passer par l’intérieur du pays et surtout éviter la grande route. Dès le départ on s’est rendu compte de l’état déplorable du revêtement mais on gardait espoir en attendant une certaine amélioration.

La piste n’avait pas vu de niveleuse depuis pas mal de saisons des pluies, par endroit la terre avait laissé la place au cailloux, impossible de rouler plus vite qu’un marcheur pressé sous peine de tout casser. 44 km de nouvelle galère donc, heureusement la piste descendait ce qui nous a permis de rester debout sur les pédales histoire d’alléger les chocs. Retrouver la route a été un vrai soulagement.

Chapeau bas au transports locaux que nous avons croisé, les passagers doivent arriver sacrément cassés et poussiéreux.

Comme hier, grosse prière pour que le GPS ne nous lâche pas, sans lui on ne sait pas comment on serait sorti d’un tel labyrinthe. Evidemment des pistes partout et aucune indication, un vrai jeu de piste, c’est le cas de le dire.

Les plantations de café font vivre tout le monde dans le coin. Vu l’état des moyens de locomotion il ne sont prêt de recevoir des touristes.

Notre point de chute ce soir est Tad Lo, un village très touristique pour de multiples raisons : il se trouve sur la boucle du plateau des bolavens, ils concentre quelques cascades, et à 4 h 30 PM, nos pouvons assisté au bain des éléphants. Tourisme quand tu nous tiens !

J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168J 166 - 168

Dimanche 19 février :

Avant de quitter le village, passage par le marché, histoire de se charger en bouffe, nous avons prévu de prendre une route apparemment sans possibilité de ravitaillement. Juste après le petit dej, les odeurs du marché sont toujours une rude épreuve, sans compter avec les poissons vivants qui vous passent entre les pieds, les grenouilles qui vont passer à la casserole ou au BBQ, les escargots qui préfèrent se cacher dans leur coquille…

On a l’impression qu’aujourd’hui beaucoup de personnes vont vendre leur production de riz dans les coopératives. Résultat, et c’est une certitude, l’argent passe en « Beer Lao » directement. Le comportement des locaux nous semblait vraiment étrange !

Une erreur d’aiguillage nous a fait prendre une route Sud-Ouest au lieu de Nord-Ouest. Lorsque nous nous sommes aperçu de notre erreur, il était trop tard pour revenir an arrière. Résultat, nous voilà revenu sur la 13, à 100 km au sud de notre objectif. Cette route est une route sans intérêt, avec beaucoup de circulation, et sur laquelle les températures atteignent des records en cette saison. Demain nous allons tout faire pour prendre un bus, qui pourrait nous avancer de 300 km.

Dans notre malheur nous avons trouver une guesthouse superbe dans le village de Nasong. On a pas tout perdu.

J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168J 166 - 168
J 166 - 168J 166 - 168J 166 - 168

Commenter cet article

Raymonde 20/02/2017 22:00

Super !!! profitez bien et régalez vous !!! A bientôt pour de nouveaux partages
Merci Bisous

Marcel et Claudine 23/02/2017 09:24

Fais nous envie… il y a encore de la neige dans les Alpes ?

morice pierre 20/02/2017 18:39

C'est avec plaisir que nous suivons votre périple.Merci de nous faire partager vos peines et vos joies. A Aujols le temps est clément voire ensoleillé pour la saison. Bonne continuation. Sommes de tout cœur avec vous. Amitiés Cathy et Pierre

Marcel et Claudine 23/02/2017 09:18

Salut les amis,
Très heureux de vous compter parmi nos fidèles lecteurs. Pédaler ici n’est pas de tout repos à cause de la chaleur, mais tout se passe bien malgré tout.
Profiter bien des moments qui passent.
Les cyclistes qui pensent souvent au pays

sabrou 19/02/2017 18:23

Salut à vous ,
Que du bonheur de voir ces paysages magnifiques, ces temples,je ne me lasse pas de regarder
j'adorerais aller vous rejoindre mais problème le vélo!!!! LE PAYS DU SOURIRE JE KIFFE .....En France , on ne parle que de politique et d'argent ; Quel spectacle nous avons en ce
moment ! vous avez de la chance d'être loin .....Profitez, pensez à nous, bisous de nous trois

Marcel et Claudine 23/02/2017 09:22

Allez courage ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Pour nous si l’on pouvait monter la clim sur les vélos ce serait vraiment le pied !
Bises du Laos