J 189 - 192

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Dimanche 12 mars :

Nous quittons la ville de Chiang Rai alors qu’elle dort encore. Au début, grosse 4 voies avec circulation intense, ensuite on change de direction sur une 2 voies mais la circulation n’a pas beaucoup diminuée. On peut dire que nous avons mangé notre pain blanc durant nos deux premiers jours en campagne en Thaïlande.

On avait prévu une étape de 60 km, mais on se sentait si bien vers 10/11 h que l’on décide de pousser jusqu’à 90. Une fois de plus, grosse erreur. C’était sans compter sur les dernières petites bosses qui nous attendaient et sous ce soleil, implacable. On a même battu notre record d’Amérique du sud où nous avions roulé par 50°. Aujourd’hui, dans l’avant dernière côte, vers 13 h, 51° ! En haut de la côte (que nous avons fait en poussant, impossible de pédaler et de garder l’équilibre), un marché avec des glacières pleines de boissons fraiches, non ce n’était pas un mirage. Pour chacun,  ½ litre de boisson sucrée, je ne me souviens même pas de la couleur et encore moins du gout (jaune, vert, mauve, rouge, bleu…. ?) et un ½ litre d’eau glacée. Il ne nous restait que 9 km, mais sans ce liquide providentiel on aurait eu beaucoup de mal à les faire.

Au village, après une première guesthouse vraiment trop crade, on rassemble nos dernières énergies et l’on se trouve une maison d’hôte en pleine campagne, au milieu des rizières, le boss était d’ailleurs dans ses champs quand nous sommes arrivés. C’est un peu vieillot, un peu poussiéreux, mais enfin le calme, enfin la douche, enfin l’air frais de la clim, tant pis pour le rhume !

A part ça une étape sans grand intérêt, si ce n’est un temple albinos, tout blanc. Il y a dix ans, un artiste qui devait en avoir marre des temples bariolés, a décidé de construire un temple tout blanc, recouvert partiellement de miroir également blanc. Idée saugrenue ? Pas tant que ça, il attire les foules et évidemment l’entrée est payante. Rien que la location des scooters pour venir le voir doit rapporter des fortunes. Tout comme la vente des lunettes de soleil indispensables pour l’observer après 9 h du matin.

Demain on a prévu 60 km, je pense que l’on s’y tiendra.

J 189 - 192J 189 - 192
J 189 - 192J 189 - 192J 189 - 192
J 189 - 192J 189 - 192J 189 - 192
J 189 - 192J 189 - 192
Temple albinos
Temple albinosTemple albinos
Temple albinosTemple albinos
Temple albinosTemple albinos

Temple albinos

Lundi 13 mars :

Les premières heures de la journée sont toujours les plus agréables. Ce matin, 16 ° et moins de circulation, on apprécie.

Nouveau temple aujourd’hui, tout gris celui là, construit proche de sources d’eau chaude sulfurée. Beaucoup de bus de touristes sont là pour le selfi souvenir. Tiens, revoilà les chinois !

La matinée avance, le soleil réchauffe l’air, la route monte et la Cloclo fatigue grave. Pour une fois j’arrive en haut des côtes avant elle, et redescend même pour l’aider dans les derniers centaines de m. Étonnant et surtout pas encourageant pour la suite. Maux de tête, fièvre, cœur qui s’emballe… Vers midi un superbe hôtel en bord de rivière nous tend les bras, nous n’irons pas plus loin. Du repos et du calme, on verra demain si la forme est revenue.

Notre chambre surplombe le cours d’eau, les locaux viennent manger ou boire un coup sur des tables installées directement dans le lit de la rivière, à l’ombre. Les serveurs ont toujours les pieds mouillées mais à par ça, l’idée est fort appréciable par les temps qui courent.

Une remarque à propos des enfants, même le dimanche ils sont invisible, ce n’est donc pas une question d’école. Renseignement pris, la Thaïlande a un taux de natalité 3 fois moindre que le, Laos et 2 fois moindre que le Cambodge.

Demain peu de km nous séparent de Chiang Mai, troisième ville de Thaïlande. Si les choses ne vont pas mieux, ce sera visite de toubib obligatoire. Beaucoup de choses à faire dans cette ville, mais la santé avant tout.

Agriculture moderne et traditionnelleAgriculture moderne et traditionnelle
Agriculture moderne et traditionnelleAgriculture moderne et traditionnelle

Agriculture moderne et traditionnelle

J 189 - 192J 189 - 192
J 189 - 192J 189 - 192J 189 - 192
Ici très peu d'enfant, on comprend pourquoi...Ici très peu d'enfant, on comprend pourquoi...

Ici très peu d'enfant, on comprend pourquoi...

Mardi 14 mars :

Seuls dans l’hôtel, la nuit fut des plus calme. Démarrage tranquille ce matin, mais malgré tout, dès la première côte, Cloclo se retrouve assise sur la barrière de sécurité, impossible de respirer et le cœur qui bat la chamade. Comme disait mon beau frère Michel : « là, on est mal ».

Tant bien que mal, mi je pousse dans les côtes, mi je me repose dans les descentes, on arrive à atteindre Chiang Mai, méga ville, méga circulation.

Première préoccupation, trouver de quoi loger. Après plusieurs tentatives on se fixe dans un hôtel près du centre. Le boss parle français, une aubaine. Cloclo a aussi besoin de voir un dentiste. Que cela ne tienne le proprio nous indique une clinique dentaire et un hôpital, qui consulte en externe.

Le dentiste fut régler en 30 mn, quant à l’hôpital il nous avait envoyé dans un centre psychiatrique ! On a mis une heure avant de s’en apercevoir. Le temps de trouver le bon hôpital, de faire une radio des poumons, d’attendre son tour, il était près de 19 h quand nous nous retrouvons en face d’un toubib parlant 3 mots d’anglais. Comment lui expliquer que la malade est d’ordinaire en pleine forme mais que depuis 15 jours, elles tousse, crache, a du mal à respirer, a des palpitations, a de la fièvre, que d’ordinaire elle monte les côtes sur le gros plateau et que maintenant elle a du mal à monter les escaliers… Je vous passe les détails, résultats : Asthme et allergie dus à la pollution et à la poussière que nous respirons en bord de route. Comment ne pas y avoir pensé ? Et nous voilà reparti avec un stock de médocs.

Après interrogation d'internet, on espère que l'asthme ne soit pas cardiaque, ce qui entrainerait un retour maison prématuré.

Ce qui nous a choqué dans l’hôpital, une fois de plus ce sont les Smartphones. Malades, employés de tous secteurs… tous scotchés à leur écran. S’ils étaient interdits il est évident que le rendement de l’établissement s’en ressentirait grandement.

D’ici on avait prévu une virée en moto de 4 jours dans les montagnes. Cela permettra peut être à Cloclo de récupérer !

Demain recherche de l’engin capable de monter les côtes que nous allons trouver et visite tranquille de la ville.

J 189 - 192J 189 - 192

Mercredi 15 mars :

Après un petit déjeuner à l’hôtel qui conviendrait parfaitement à un(e) mannequin de chez Dior, on est prêt pour s’attaquer à la mission du jour :faire prolonger nos visas, initialement de 30 jours à 60.

Tout content d’avoir réussit à localiser près de l’aéroport le service d’immigration, nous apprenons en arrivant qu’il a été déplacé à 7 km de là. Une 4 voies y mène directement, on est bon pour une nouvelle immersion en milieu automobile.

Une fois arrivée au bon endroit les choses se déroulent à la vitesse V : Prise de photos (les notres sont trop petite !), photocopie des passeports, on rempli une feuille de renseignements, on paye près de 50 € chacun, on attend 10 mn, et le tour est joué, merci.

Sur le retour on achète dans une librairie énorme une carte routière, jamais pu en trouvée une pour le Cambodge et le Laos.

Ne restait plus qu’à trouver un scooter 150 cc à louer (10 € / jour) et la journée fut bien remplie. En parlant de rempli, deux très bons restaus nous ont parfaitement rempli la pense.

Question pays, la Thaïlande n’à absolument rien à voir avec les deux pays précédemment visités en Asie. Voyager ici est beaucoup plus facile, les commerces sont parfaitement achalandés (et rangés), on pourrai même parler de pays moderne, normes européennes.

Dans les markets, on a vu réapparaitre les rayons de Mars, chocolats, chips, friandises en tout genre. Conséquence logique dans la rue on a vu réapparaitre des personnes fortement enrobées. Ici, pas question de monter à 4 voire 5 sur un scooter comme on a pu le voir ailleurs.

Demain nous partons pour notre petit tour de 4 jours motorisés. Que la santé de Cloclo revienne au vert, et tout sera parfait.

J 189 - 192J 189 - 192
J 189 - 192J 189 - 192
J 189 - 192J 189 - 192

Commenter cet article

Coulon Bruno 16/03/2017 21:04

Coucou les aventuriers, content d'avoir de vos news, toujours à fond !! Bravo, soyez prudents. Bises. Bruno.

Olivier 16/03/2017 02:24

Tchimbé rèd maman cloclo.
C'est bien aussi de se (re)poser !

Bye bye

Cécile et Thomas 15/03/2017 22:34

Bon courage à vous et la santé pour Cloco! En tous les cas, merci pour votre road movie toujours sympa à suivre.
La bise
Les lotois martiniquais

Isabelle 15/03/2017 22:02

Et bien, pauvre Cloclo ! En même temps avec tout ce que vous avez respiré depuis que vous êtes en et j'imagine la qualité des masques chinois...... Ce n'est vraiment pas étonnant ! Allez, une immersion en forêt tropicale et tout devrait rentrer dans l'ordre !
On pense très très fort à vous, de gros bisous
Isa