J 193 - 197

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Jeudi 16 mars :

Première journée scooter sans soucis. Nous voilà à Pai, ville touristique genre baba cool des années 70. Beaucoup de jeunes, beaucoup de jeunes sur des scooters, beaucoup de jeunes avec des pansements partout suite à des chutes de scooter ! En arrivant on n’avait bien compris l’utilité d’un hôpital dans une petite ville, maintenant on a compris.

Le soir évidemment la ville est très animée, les rues se couvrent de marchands de bouffe, un régal. Tout cela est très bon enfant, tout le monde semble heureux, même ceux couvert de pansements.

Nous sommes en altitude et l’on pensait trouver un paysage boisé et vert. Effectivement il y a des arbres mais secs à en avoir pitié. Les champs sont carrément dénudés, quand ils ne sont pas cramés. Toujours la présence d’une brume à couper au couteau, la journée les températures dépassent sans problème les 40.

Nous avons pu visiter en route des temples, des bouddhas immenses, tous magnifiquement entretenus. Un vrai régal pour les yeux. On se félicite d’avoir visité ce pays en dernier.

Demain encore pas mal de virages au programme. Espérons que les pansements ne seront pas encore pour nous.

J 193 - 197J 193 - 197
J 193 - 197J 193 - 197
J 193 - 197J 193 - 197
1865 virages, ça retourne l'estomac !

1865 virages, ça retourne l'estomac !

Même les Bouddha ont des problèmes de dos !

Même les Bouddha ont des problèmes de dos !

Vendredi 17 mars :

Encore une journée de montagne (sans neige ni verglas). A 45 km de Pai petite pose pour visiter une grotte (Lod cave) bien sympa. Petite marche dans d’immenses salles souterraines à la lueur d’une lampe à pétrole, balade en radeau de bambou sur la rivière souterraine pour atteindre une autre galerie. Avec cette grotte dans le Lot, le gouffre de Padirac ferait faillite.

Comme si le soleil et la brume de sable ne suffisait pas, des feux de forêt nous ont gratifié de belles bouffées de chaleur supplémentaires et d’une visibilité encore plus réduite.

Ce soir nous sommes à Mae Hong Son. D’ici partent des treks de plusieurs jours dans la forêt. En ce moment, avec les températures en journée, elle est quelque peu dépeuplée. 

Demain grosse journée, 170 km au programme, toujours sur route de montagne. En vélo, cette boucle de + 600 km aurait été une horreur, cela nous console d’être sur un engin motorisé.

J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
Lod cave
Lod cave
Lod cave
Lod cave
Lod cave
Lod cave
Lod cave
Lod cave
Lod cave
Lod cave
Lod cave

Lod cave

Samedi 18 mars :

L’hôtel ne sert pas de petit dej, la ville se réveille à peine quand nous enfourchons notre bolide, nous déjeunerons en route.

Les km défilent vite avec un moteur entre les jambes. La route monte et descend, nous passons dans des vallées presque vertes, avec pas mal d’agriculture (des fraises notamment). Comme à notre habitude nous n’avons pas pris le chemin classique pour rallier Chiang Mai mais une route de montagne pratiquement déserte et malgré tout en très bon état.

Nous arrivons à notre étape Mae Chaem vers 12 h 30. On se trouve un hôtel bien sympa, en plein centre avec piscine, les températures, malgré la présence d’une rivière où les locaux viennent se baigner, qui traverse la ville sont toujours aussi hautes. Ici ps beaucoup de touristes, en tout et pour tout nous n’aurons vu que 5 étrangers.

En fin d’après midi une petite balade en scooter dans les environ nous a fait découvrir le côté jardin de la Thaïlande. Le fait marquant dans ce pays est la propreté que l’on retrouve de partout. C’est un vrai régal, avec ce que nous avons subit depuis 2 mois, de se déplacer ici. Dans les villes, dans les campagnes, à part de rares exceptions, rien ne vient gâcher le décor. Respect !

Demain, si l’on en a le courage, on a prévu de monter (à scooter) sur le sommet le plus haut de Thaïlande. Ensuite retour à Chiang Mai, pour 2 jours, avant de reprendre les vélos, si Claudine s’en sent la force. Pour le moment, ce n’est pas encore la grande forme mais les choses semblent s’arranger.

J 193 - 197J 193 - 197
J 193 - 197J 193 - 197
J 193 - 197J 193 - 197
J 193 - 197J 193 - 197J 193 - 197

Dimanche 19 mars :

Dès les premiers tours de roue nous apercevons le sommet du Mont Doi Inthanon, 2600 m, à 30 km. A son sommet sont construit deux temples entourés de champs de fleurs multicolores, magnifique.

La montée s’est passé sans problème, 150 cc, ça pousse bien. La fraicheur est de mise, 10 °. On en profite.

La dernière partie de l’étape se déroule sur une 4 voies, durant 60 km. La poignée dans le coin, le soleil sur la tête. Et dire que mardi nous ferons cette route en sens inverse avec nos vélos ! De là nous vient l’idée de prendre un bus pour nous éloigner de Chiang Mai. On n’a pas mis longtemps pour adopter cette idée.

Nous avons pu ramener notre bolide sans avoir utilisé un seul pansement, sécurité/sécurité. La Thaïlande est la patrie de la location de motos. De 100 à 1000 cc, tout se loue. De vrais motards s’en donnent à cœur joie.

Ce soir c’est marché de nuit dans la ville. Difficile de se déplacer dans la foule, et dire que nous sommes en basse saison touristique.

J 193 - 197
J 193 - 197J 193 - 197J 193 - 197
J 193 - 197J 193 - 197J 193 - 197
J 193 - 197J 193 - 197J 193 - 197

Lundi 20 mars :

Aujourd’hui, ou plutôt ce matin car l’AM on reste à l’hôtel, au frais, c’est tournée des temples de Chiang Mai. Évidemment ils sont très nombreux, pas autant malgré tout que les hôtels et les restaurants, mais il a fallu faire un choix. Ici, la spécialité ; les moines en cire posés ici ou là dans les temples, genre musée Grévin, toujours très réaliste et émouvant.

Demain, journée bus pour rejoindre la ville de Mai Sariang, à près de 200 km. Et si tout va bien reprise le lendemain du vélo pour attaquer la route en bordure de la frontière avec la Birmanie. Avant de quitter CM, petit avitaillement, histoire de parer à toute éventualité si l’on se retrouve bloqué en pleine campagne. Depuis que l’on est dans la région, on peut dire que l’on aura bien profité des restos Thaï, assez copieux et surtout délicieux. Le retour au régime thon à l’huile et pâtes également au thon, (impossible de trouver de la sauce tomate et le beurre, vu la température dans les sacoches….) va nous faire drôle, mais on est là pour faire du vélo, avec ses avantages et inconvénients.

Entre les chaussettes oubliées dans les hôtels et les chaussettes perdues par la laverie, Cloclo s’est retrouvé démunie… Avant de quitter Chiang Mai nous avons fait un détour par son magasin favori, Décathlon. Même en Thaïlande cette chaine est présente. Des plus moderne, à la caisse, on dépose toutes nos courses en vrac dans une caisse et le montant total s’affiche instantanément, le caissier se contente de compter le nombre d’articles et d’encaisser. Dans notre campagne, on est loin de tout cela. Et l’hyper marché attenant, je vous dis pas la surface, on se serait cru de retour en Nouvelle Zélande !

Ne vous y trompez pas, ils sont en cireNe vous y trompez pas, ils sont en cire
Ne vous y trompez pas, ils sont en cireNe vous y trompez pas, ils sont en cire

Ne vous y trompez pas, ils sont en cire

J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197
J 193 - 197

Commenter cet article