J 221 - 224

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Jeudi 13 et vendredi 14 avril :

Aujourd’hui traversée en bateau vers l’ île de Ko Pangan. Trois types de bateau existent : les lents, les normaux et les rapides. Seuls les lents prennent les vélos, nous mettrons donc 3 h pour parcourir la distance quand les bateaux rapides mettent 40 mn. Bercés par le ronronnement du moteur, un petit somme s’imposait !

Du large l’île semblerait presque déserte, toutes les habitations et hôtels étant bien cachés sous les arbres. Une fois débarqués, on se rend vite compte de son erreur d’appréciation, la ville est bien habitée et par beaucoup de monde !

Sur les guides il est noté qu’aucune voiture ne circule sur l’île, quel pied ce sera pour nous de circuler en vélo ! C’était sans compter sur les centaines, peut être les milliers de scooters, la plupart de location et souvent en fin vie, qui sillonnent les quelques km de chemin de l’île, en tout et pour tout nous n’avons croisé qu’un seul vélo.

Il était noté également que l’électricité n’était pas distribuée à toutes les heures, on pourrait même dire que très rarement ! Quel pied ce sera pour nous, quel calme la nuit, pas de télé dans la case voisine, par de soirée musicale dans le bar voisin… C’était sans compter sur les nombreux groupes électrogènes entrainés par des diésels hors d’âge que l’on trouve dans tous les Hôtels, bars, restaurants !

Nous sommes en dehors de la haute saison touristique et nous n’avions rien réservé pour dormir, erreur ! nous avons trouvé pour la première nuit une case en bambou, pour 10 €, avec groupe électrogène tout proche (20 m), inutile de dire que nous ne passerons pas la deuxième nuit au même endroit. En multipliant de budget hôtel par 2.5, on s’est dégoté la case grand luxe, bord de plage et groupe à 150 m. Comme on dit, l’argent ne fait pas le bonheur mais y participe !

La deuxième journée a donc été consacré à la visite de l’île à vélo, ses plages évidemment, ses immenses plantations d’arbres à noix de cajou, ses plantations d’hévéa. Peu de km mais de belles grimpettes, et plus que jamais un soleil de plomb. La mer n’est toujours pas au top question limpidité, c’est notre seul regret, pour les reste l’île est vraiment très agréable à vivre, on y serait bien resté quelques jours de plus.

En ce moment les locaux fêtent le nouvel an bouddhiste. La coutume veut que les gens se jettent des sceaux d’eau, touristes ou pas même combat ! Les gamins, en vacance en ce moment, nous attendent au bord des chemins pour arroser les « Fallangs », c’est bien plus rigolo. La température ambiante fait que nous apprécions tout particulièrement cette tradition, on les chercherait presque !

Les boss de l’hôtel, elles seraient bien aller faire un tour sur mon superbe vélo mais elles n’ont jamais trouvé d’escabeau pour monter dessus !

Les boss de l’hôtel, elles seraient bien aller faire un tour sur mon superbe vélo mais elles n’ont jamais trouvé d’escabeau pour monter dessus !

J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
Un bar sur la plage : le hippie bar
Un bar sur la plage : le hippie barUn bar sur la plage : le hippie bar
Un bar sur la plage : le hippie barUn bar sur la plage : le hippie barUn bar sur la plage : le hippie bar
Un bar sur la plage : le hippie barUn bar sur la plage : le hippie bar

Un bar sur la plage : le hippie bar

J 221 - 224J 221 - 224
J 221 - 224J 221 - 224J 221 - 224
J 221 - 224J 221 - 224
J 221 - 224J 221 - 224J 221 - 224
La fête de l'eauLa fête de l'eau
La fête de l'eau

La fête de l'eau

J 221 - 224J 221 - 224J 221 - 224

Samedi 15 avril :

Superbe nuit au calme, cela va être encore plus difficile de quitter un tel endroit. Avant de prendre le bateau à 14 h, nous roulons en direction des plages non explorée la veille.

L’accès aux plages est finalement assez difficile, tant le nombreux d’hôtels en bordure de mer est important, et bien sur, ils ont déclaré leur chemin privé. On trouve tout de même le moyen d’atteindre l’eau, qui n’est finalement pas terrible.

Un passage par le Bouddha doré, près du port s’impose. On a vu franchement plus joli, les environs sont vraiment laissés à l’abandon.

Le retour bateau, toujours aussi lent, nous ramène à Ranong ou nous retrouvons pour une bonne soirée resto nos amis   Nelly et Billou, cyclistes également, rencontrés deux jours plus tôt dans cette même ville.

Nous avons fait nos comptes de jours, si nous voulons profiter sans se speeder des îles du sud, la descente sur Krabi doit se faire en bus, histoire de gagner 6 jours. La route est de plus sans intérêt, la chaleur sera certainement présente, et l’on a envi, enfin, de profiter de la mer… Demain donc, nous essayerons d’embarquer notre petit matériel dans le seul bus en partance pour le sud, 350 km, ce n’est jamais gagner d’avance.

J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224
J 221 - 224

Dimanche 16 avril :

Pas de problème pour embarquer les vélos, il suffisait d’arriver très très tôt car certains passagers ont fait le voyage avec les vélos pratiquement entre les jambes. 7 heures de bus pour rejoindre Krabi, c’est long, mais on aurait vraiment souffert si on avait du le faire en vélo. Portant la route était sympa, malgré quelques belles côtes, mais c’est facile de le dire quand on est assis en climatisé et que l’on roule à 80 km/h.

Nous voilà donc à Krabi. Ville sur la côte avec des très belles îles à proximité. Claudine était venue ici il y a dix ans exactement, elle n’a absolument rien reconnu. Les petites rues se sont transformé en avenues, les petits commerces en super marché… Nous sommes hors saison mais ça grouille de monde, on se croirait sur la côte d’Azur en plein mois d’aout !

Demain nous partons en speed boat cette fois visiter à le journée de petites îles que l’on espère pas trop envahies, à suivre…

Commenter cet article

Raymonde 19/04/2017 22:15

Super !!! Merci de partager toutes ces beautés... A bientôt ! Biz
Raymonde