J 232 - 234 (Ko Phi Phi)

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Lundi 24 avril :

Journée relax en bord de mer. On profite d’un Internet correct pour peaufiner notre après Thaïlande et plus particulièrement effectuer les nombreux achats pour un notre nouveau départ, en plus de la recherche des formalités pour les nombreux visas.

Mardi 25 avril :

On quitte Ko Lanta pour rejoindre l’île de Phi Phi. Une heure de traversée sur un ferry très rapide et nous voilà plongés dans une toute autre ambiance.

Je ne connais pas Ibiza au Baléares, mais d’après ce que je sais, ici c’est un peu la même chose. Les gens viennent y faire la fête, la musique est partout et l’alcool coule sans limite. La moyenne d’âge est très jeune, je n’ai jamais vu de brochette de filles aussi jolies qu’ici ! Ah si, peut être dans mon ancien club de canyoning en Martinique. Quand aux messieurs, bronzés, tatoués, bodybuildés, évidemment torse nus… beaucoup de supers étalons. Vous l’aurez compris, on ne se sentait pas trop à notre place, avec nos vélos chargés, dans cette ambiance de débauche et de « m’as-tu vus comme je suis beau ? ».

Nous avons prévu 2 nuits sur cette île. Demain nous avons prévu une longue marche sur des sentiers pour rejoindre de magnifiques plages de l’autre côté de l’île. Dans l’état où seront certains demain matin, je doute fort qu’on les retrouve sur notre route.

Si l’on arrive à faire abstraction de cette foule endiablée, on remarque que l’île et ses voisines sont vraiment de toute beauté, une fois de plus le tourisme a tout pourri !

J 232 - 234 (Ko Phi Phi)J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)J 232 - 234 (Ko Phi Phi)

Mercredi 26 avril :

Les chemins ne sont pas les plus utilisés pour relier les différents points de l’île. On s’est perdu, re-perdu, re-re-perdu. Pourtant l’île n’est pas grande mais pas grand-chose n’est indiqué. Ici tout le monde utilise le bateau taxi.

Cela nous a permis de découvrir le côté sombre de l’île. Ses immenses hôtels qui n’ont jamais été terminés, ses plages désertes mais couvertes de poubelles, son absence de vie dans la mer… Le Routard présente ces régions marines comme faisant parties des plus belles eaux du monde ! Il est évident qu’il y a vraiment longtemps qu’ils n’ont pas mis un pied dans le coin.

Par contre nous avons traversé des hôtels d’un luxe rare, 150 euros la nuit, ce n’est finalement pas si cher que ça.

Au sujet de l'île en général, reste le coup d’œil, à condition de s’éloigner du débarcadère évidemment.

Quand on débarque, on paye pour les poubelles, quand on prend les chemins on paye pour leur entretient, au centre du village se trouve un station d’épuration biologique, bonne idée vais elle est vraiment mal placée. On a entendu dire que pour préserver les fonds toute pêche était interdite, c’est certainement un peu tard, et c’est pourquoi tous les pêcheurs se sont transformés en promènes couillons.

Demain re-bateau pour Pucket, notre dernière étape avant l’aéroport. La ville est parait-il sans intérêt, on peut même dire exécrable mais il nous faut trouver de quoi emballer les vélos. Mr Bricolage nous voilà !

J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
J 232 - 234 (Ko Phi Phi)
Même nos toilettes avaient un caractère biologique !Même nos toilettes avaient un caractère biologique !

Même nos toilettes avaient un caractère biologique !

Commenter cet article

Raymonde 29/04/2017 22:55

C'est beau !!! Quelle chance vous avez de profiter de toutes ces merveilles !!! A bientôt et bon retour !!!
Bises
Raymonde