J 48 - 51

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Samedi 22 octobre :                                                               

La journée, question météo n’avait pas très bien commencée : Fort vent de sud glacial (l’antarctique n’est pas très loin), ciel très bas donc aucune visibilité vers le Taranaki.

On prend tout de même la route qui doit nous faire longer la montagne. Une petite route nous propose en 9 km de nous monter dans la montagne (900 m) jusqu’au départ des sentiers de randonnée. On n’y voit toujours pas grand-chose mais nous nous y engageons. Au cours de la montée, le ciel semble se dégager, l’espoir renait de pouvoir apercevoir la fameux cône, et c’est ce qui s’est passé, un ciel presque bleu nous attendait en altitude. Un régal pour les yeux.

Le ciel étant toujours dégagé et ne voulant pas quitter des yeux cette superbe montagne nous décidons de tourner autour avant de reprendre la route sud est en direction du camping.

Nous atteindrons le camping en fin d’après midi, situé en bord de  mer, avec vue imprenable sur le conne supérieur du Taranaki, superbe endroit.

Quand on pense à la journée que nous avons passée hier, enfermés pour cause de pluie, on commence vraiment à se demander s’il n’existe pas un bon dieu pour les voyageurs (à vélo) ?

J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51
J 48 - 51

Dimanche 23 octobre :

Au lever, 4 ° C, l’été tarde à venir ! Par contre un ciel bleu parfait nous garanti une augmentation rapide de la température.

Avant de quitter le camping, nous jetons un dernier coup d’œil au volcan, en réalité nous l’aurons en visu tout au long de la journée.

Les km défilent rapidement, nous arrivons dans un nouveau camping, toujours en bord de mer. La plage regorge de curiosités dues à un sol extrêmement meuble. C’est fou ce que la nature nous offre à voir, des choses que l’on ne voit même pas dans des dépliants publicitaires.

Demain nous devrions à nouveau être en ville, étape obligée, mais ce n’est pas ce que l’on préfère.

J 48 - 51J 48 - 51
J 48 - 51J 48 - 51
J 48 - 51J 48 - 51J 48 - 51
Nouveau label : Après le "veau sous la mère", voici le "vieux sous la mère"

Nouveau label : Après le "veau sous la mère", voici le "vieux sous la mère"

Lundi 24 octobre :

Avant de quitter le camping, un petit tour par la plage pour s’apercevoir que la marée était basse. Une partie de la plage nous était inaccessible, hier, nous ne regretterons pas notre détour, que ce coin est vraiment sympa !

Aujourd’hui, « labour day » : La fête du travail en NZ. Tous les quatrième lundi du moi d’octobre, jour férié pour le pays. Long week-end donc pour tout le monde, de plus avec une météo correcte. Malheureusement pour nous, nous étions sur une grande route, et une fois de plus la circulation nous a saouler. Nous en sommes sortis vivant, les tympans pas trop abimés, mais avec la ferme décision d’éviter le grand axe qui devait nous amener à Wellington.

Dès que possible, demain nous bifurquerons vers le centre de l’île pour quitter la côte, quitte à faire plus de km et plus de grimpettes. Pour quand le baril de pétrole à 1000 $ ?

J 48 - 51J 48 - 51
J 48 - 51J 48 - 51

Mardi 25 octobre :

Nuit pluvieuse et matinée humide. Pour le pique nique de midi nous devons nous abriter dans une école rurale, les élèves intrigués par notre équipage nous questionnent sur notre parcours et sur la France.

L’école est située au milieu des champs, l’instit nous explique que les élèves proviennent d’un regroupement de communes et que les bâtiments sont construits au centre de ce regroupement. On comprend mieux maintenant pourquoi l’on voit autant d’écoles perdues dans la campagne.

Sur le parcours, sur notre gauche, nous apercevons les montagnes enneigées du Tongariro, qui elles sont au soleil ! En 9 jours on n'aura pas fait beaucoup de sud ! En voile on dirait que l'on a tirer deux grands bords pour pas grand chose !

Les petites routes que l’on avait prévu de prendre n’étaient pas si petite que ça, pas mal fréquentées par les camions, demain on vise carrément les pistes cyclables.

 

J 48 - 51J 48 - 51
J 48 - 51J 48 - 51

Commenter cet article

Raymonde 04/11/2016 22:03

Super périple, c'est magnifique !!! Ce ciel bleu rend le paysage encore plus sympa !!! Bisous

Florence de Jardinsmerveilleux 31/10/2016 23:02

Voyage de rêve au pied du Taranaki ! Merci de partager... Une lotoise