J 210 - 212

Publié le par MARCEL ET CLAUDINE

Dimanche 2 avril :

La nuit aura été assez sonore, notre guesthouse étant situé non loin de le 2x3 voies qui traverse la ville. Toute la nuit la circulation a été soutenue, les véhicules étant les même que durant la journée, à la différence qu’ils ont enlevé les pots d’échappement.

On quitte la ville aux aurores par un bac qui nous fait traverser la rivière Kwai et qui nous positionne directement sur une petite route de campagne plutôt que sur la fameuse grande avenue et nous fait gagner quelques km.

La route serpente entre rivière et montagne. La rivière fournit l’eau, l’agriculture, principalement maïs et canne à sucre est intense. La Thaïlande tire beaucoup de profit de la production de sucre, tout comme de celle de l’amidon tiré du manioc.

Le village où nous pensions nous arrêter ce soir est en fait une véritable ville. Grandes avenues, université, beaucoup de magasins et de marchés, un immense rocher, 100 m de haut, abrite une colonie de singes. Aucun touriste évidemment, mais les locaux semble parfaitement profiter de leur dimanche. La joie se lit sur leur visage.

J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
Dans la région on "despeloque" encore à la mainDans la région on "despeloque" encore à la main

Dans la région on "despeloque" encore à la main

Lundi 3 avril :

Nuit calme et reposante cette fois, l’opposé de la nuit dernière. Il valait mieux, aujourd’hui près de 100 km d’une traite. Une fois de plus l’option vélo de Maps Me nous a fait passer par des coins magnifiques. Rivières, lacs, montagnes, canaux, rizières, villages reculés… Les km défilent (à plat) sans s’en rendre compte. Nous avons tout de même roulé 500 m sur une autoroute, juste ce qu’il fallait pour nous convaincre de ne jamais remettre nos roues sur ce type de voix rapide. Imaginez l’autoroute du sud, début juillet, sans limitation de vitesse et vous comprendrez pourquoi !

Nous sommes ce soir à Phetchaburi. Une rivière traverse la ville, les maisons construites en bord de fleuve semble avoir plusieurs siècles et malgré tout sont parfaitement conservées. Lorsqu’on se balade dans les vieux quartiers on compte plus de temples que de maisons d’habitation. Le matin les moines doivent faire la queue pour obtenir leurs offrandes. Demain matin le spectacle promet d’être sympa.

Demain on arrive à la mer ! comme on dit en Martinique « Si dieu (Bouddha) veut » !

J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212
J 210 - 212

Mardi 4 avril :

Nous quittons l’hôtel toujours très tôt mais pourtant l’activité au marché bat son plein. Très vite nous retrouvons les petites routes pour notre grand bonheur. Nous atteignons la mer assez rapidement et la suivons pendant un bon moment. Le côté plage est assez décevant, quant aux immenses hôtels aujourd’hui à l’abandon entre route et mer, de vraies tâches dans le décor.

Nous atteignons la ville de Hua hin en bord de mer sans efforts. Première méga ville touristique depuis Bangkok. Aucun temple à visiter ici, par contre des hôtels, des bars, des restos, des magasins de souvenirs, des énormes hôtels également en pleine ville et en bord de plage, des centres de massage à tous les coins de rues, beaucoup de vieux personnages avec de jeunes Thaïes…. On s’y attendait (c’était marqué sur le routard) mais cela fait toujours quelque chose.

Aucun intérêt à rester dans cette ville, demain on espère trouver un coin un peu moins peuplé, dans un parc national, à 50 km d’ici, une fois de plus, l’espoir fait avancer.

J 210 - 212J 210 - 212
J 210 - 212J 210 - 212
J 210 - 212J 210 - 212J 210 - 212

Commenter cet article

Isabelle 04/04/2017 14:54

Et les jumeaux, alors ???? Pauv'Cloclo.... Ah la la ! Pas facile de le supporter tous les jours ce Marcel, pas vrai ?!!!! Hi hi !